Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A la demande de l’Association des Maires de France, l’institut CSA a réalisé un sondage sur les attentes des citoyens à l’égard de leurs maires en vue de son 90ème Congrès.
 
Le Maire : l’élu le plus à l’écoute des préoccupations des citoyens
 
Invités à déclarer ce qui leur venait spontanément à l’esprit lorsqu’on leur parle du maire d’une commune, 83% des Français ont utilisé des expressions ou des phrases positives, et seuls 9% des expressions ou phrases négatives. En cohérence avec cette image spontanée : 64% des Français jugent que l’élu local le plus à l’écoute de leurs préoccupations est le maire.Viennent ensuite, loin derrière, le conseiller général (11%), le député (8%), le conseiller régional (6%) et le sénateur (1%).
Les Français se sentent également bien informés sur ses actions. 73% des répondants déclarent en effet avoir le sentiment d’être bien informés de l’action du maire et du conseil municipal de leur commune, contre 26% qui se déclarent mal informés. La proximité politique influe sur le degré de satisfaction puisque 82% des sympathisants de droite se disent bien informés, contre 70% des sympathisants de gauche ( !).
Un sentiment de pouvoir peu influer sur les décisions publiques
C’est également au niveau de la commune que les Français ont le sentiment de pouvoir le plus influer sur les décisions prises par leurs élus. Pourtant, c’est bien un constat d’impuissance qui domine à tous les niveaux : ainsi 26% des Français pensent pouvoir influer au niveau de la commune, 18% au niveau national, et 15% au niveau du département et de la région.
Une attente de participation citoyenne et associative
Ce constat d’impuissance ne satisfait pas les Français et la grande majorité d’entre eux souhaiteraient être davantage consultés. Afin de pouvoir influer davantage sur les décisions prises au niveau communal, une majorité de Français souhaiteraient être associés davantage aux décisions politiques à travers des consultations plus fréquentes des citoyens (72%), des conseils de quartier (65%), des débats publics (63%) et via les nouvelles technologies et le recours à Internet (60%).
Les citoyens appellent cette consultation de leurs vœux aussi bien sur les grands projets d’aménagement locaux
. Quels que soit leur sexe, leur âge, leur profession, leur niveau de diplôme ou encore leur lieu d’habitation, et quel que soit le domaine d’intervention concerné, les répondants sont favorables dans des proportions élevées à une plus grande implication des citoyens.
 
Dans ce cadre, les associations sont perçues comme des organisations ayant un rôle central à jouer dans la démocratie participative. 70% des Français considèrent ainsi qu’elles sont une chance, dont 42% parce qu’elles nous représentent utilement, 72% pensent qu’elles sont une chance pour la démocratie représentative Mais un regard loin de l’angélisme à l’égard de la démocratie participative, 28% estiment qu’elles prennent surtout la forme « ’opérations de communication ».
 
 
Les administrés souhaitent globalement recevoir davantage d’informations concernant les impôts locaux, que ce soit sur leur usage, le calcul de leur montant ou encore leur répartition. Ainsi, 59% des Français souhaiteraient être beaucoup plus informés sur la façon dont sont utilisés leurs impôts locaux, et 28% un peu plus.
 
Si une réforme de la fiscalité locale était mise en place, près de la moitié des Français (46%) souhaiteraient voir adopter comme axe prioritaire « une plus grande équité entre les citoyens »


VOIR ICI L'INTEGRALITE  DU SONDAGE
Tag(s) : #actualités nationales

Partager cet article

Repost 0